Quinte flush royale à Enghien Les Bains

15 ans sans courir, c’est long. Le corps a-t-il perdu le goût de l’effort ? Le mental sera-t-il assez fort ? Ces interrogations me trottent dans la tête alors que je m’apprête à renouer avec l’adrénaline de la compétition.

J’ai choisi la Ronde d’Enghien, le 17 avril 2016, pour ces retrouvailles. Dès les préparatifs, le plaisir est là. Avec des gestes aussi anodins qu’épingler le dossard sur le maillot ou repérer le parcours, trois boucles très roulantes autour du lac. Sans référence chronométrique, je suis aligné sur la course « populaire ». Le fond de l’air est frais malgré un soleil matinal. Un temps idéal pour courir.

Après quelques déboires pour mettre mon sac à l’abri, en l’absence de consignes, et un rapide échauffement, je me place derrière la ligne de départ.

Le starter est long à la détente, alors que l’arche (dé)gonflable menace de transformer la course en saut de haie… Enfin, le départ est donné. D’emblée, je me place dans un tempo rapide et double des concurrents par l’extérieur. Je vais courir à la sensation.

engien1

La tension qui précédait le départ a laissé la place à la joie de la course. Je goûte au soleil, aux encouragements des spectateurs, au plaisir de courir avec d’autres. J’attrape un gobelet au vol au ravitaillement, juste après la première boucle, et maintiens le rythme. Je ne suis pas loin de la zone rouge mais je tâche de me relâcher au maximum et je m’amuse à taper dans les mains de la famille venue m’encourager. A l’amorce de la dernière boucle, on double déjà beaucoup de monde. Je n’ai aucune idée du chrono possible.

enghien2

A 500 mètres de l’arrivée, un concurrent m’indique qu’un sub 38′ est jouable à condition de « mettre la gomme ». « Vas-y, moi je ne peux pas », me lance-t-il. Je m’efforce de mettre les gaz mais je suis au bord de l’emballement. A ma grande surprise, mon compagnon du dernier kilomètre a trouvé de la ressource et me coiffe au poteau.

Un coup d’oeil sur le chrono: 38’19 (corrigé à 38’13). Un temps au-delà de mes espérances, alors que je visais secrètement un sub 40′. C’est jour de chance, heureusement le casino est tout proche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s